Lire la suite
Accueil > Vos travaux de rénovation énergétique > Le prix de vos travaux de rénovation > Quel est le prix des panneaux solaires thermiques ?
Prix panneaux solaires thermiques

Quel est le prix des panneaux solaires thermiques ?

Vous pouvez amortir le prix d’un panneau solaire thermique grâce aux aides à la rénovation énergétique mises en place par l’Etat.

Quel prix pour les panneaux solaires thermiques ?

Il faut compter en moyenne 5 850 euros pour l’achat d’une installation liée au chauffe-eau solaire et 1 650 euros pour la main d’œuvre nécessaire à l’installation. Le prix de panneaux solaires thermiques et du cumulus allant de pair est donc en moyenne de 7 500 euros.

Dans le cas d’un système solaire combiné (SSC), il faut compter 97 euros par m² de coût matériel en moyenne, ainsi que 23 euros par m² pour la main d’œuvre. Le coût moyen de ce type d’installation est donc de 120 euros par m².

Quelle est la différence entre panneau solaire photovoltaïque et panneau solaire thermique ?

Un panneau solaire photovoltaïque convertit les rayons du soleil en énergie électrique. Cette électricité est alors transmise aux différents équipements de chauffage, électroménagers ou encore audiovisuels du bâtiment pour les alimenter. De son côté, le panneau solaire thermique capte la chaleur des rayons solaires et se sert de ces calories afin de chauffer l’eau chaude sanitaire ou l’eau du circuit de chauffage au sein du bâtiment.

Les écarts entre le prix d’un panneau solaire thermique et celui d’un panneau photovoltaïque se justifie donc entre autres en raison de ces différences de fonctionnement.

Quel est le rendement d’un panneau solaire thermique ?

Lorsque l’on parle du rendement d’un panneau solaire thermique, il est question du rapport entre le rayonnement absorbé par le capteur solaire et la chaleur qui est générée par l’installation. Ce rendement dépend des deux éléments suivants :

  • Les pertes de températures entre l’installation et la température extérieure. Ces déperditions thermiques ont lieu sur différentes zones de l’installation : lorsque l’air se refroidi, l’ensemble des panneaux solaires se refroidissent aussi et réduisent le rendement énergétique.
  • Le rendement optique, qui désigne la capacité des capteurs solaires à transmettre l’énergie thermique qu’ils absorbent. Le matériau de fabrication des capteurs thermiques, comme le verre, influe sur cette capacité.

A noter que d’autres facteurs impactent ce rendement : la puissance du rayonnement solaire ou l’angle d’incidence par exemple.

Comment choisir un capteur solaire ?

Du choix du matériel dépend entre autres le choix du professionnel. Faire appel à une entreprise ou à un artisan RGE (reconnu garant de l’environnement) vous permettra d’opter pour les bons modèles et de vous assurer que leur emplacement est idéal.

Il convient de distinguer les différentes technologies de capteurs solaires existantes :

  • Plan vitré : le vitrage de ces panneaux plats favorise la création d’un effet de serre.
  • Plan non vitré : une version moins onéreuse car dépourvue de vitre, mais aussi moins performante.
  • A concentration : les rayons solaires sont réfléchis pour les concentrer sur l’absorbeur, améliorant le rendement de l’installation.
  • Tubulaire : des tubes contiennent un liquide caloporteur sous vide, limitant ainsi les déperditions thermiques.
  • Monobloc : des panneaux joints au ballon d’eau chaude. Le risque avec cette installation est de favoriser les pertes de chaleur, le ballon de stockage étant à l’extérieur du bâtiment.
  • A éléments séparés : avec ce modèle, le cumulus solaire se situe à l’intérieur du bâtiment, ce qui réduit le risque de pertes de chaleur.

·        …

Quelle surface de panneaux solaires thermiques choisir ?

Il faut choisir une surface de panneaux solaires thermiques comprise entre 2 et 5m² dans le cas d’un chauffe-eau solaire individuel, et jusqu’à 20m² pour l’alimentation d’un système solaire combiné. Le prix des panneaux solaires thermiques global dépend notamment des besoins du foyer, et dans le cas du SSC, également de la surface à chauffer.

Quels sont les avantages et les inconvénients des capteurs solaires thermiques ?

Les points forts du solaire thermique

Les points forts du solaire thermique sont les suivants :

  • Jusqu’à 70% des besoins en chauffage et en eau chaude sanitaire du foyer sont couverts par ce type d’installation.
  • Grâce au solaire, le bâtiment est moins dépendant des réseaux publics d’alimentation en énergie. Le prix des panneaux solaires thermiques se justifie donc en partie par le fait qu’il rapproche leurs utilisateurs de l’autoconsommation.
  • L’énergie du soleil est gratuite et en total libre accès, ce qui réduit le montant des factures énergétiques du foyer. Ces économies d’énergie de long terme permettent d’amortir le prix des panneaux solaires thermiques.
  • Les émissions de gaz à effet de serre sont nulles avec l’énergie du soleil, ce type d’installation réduit donc l’empreinte environnementale du bâtiment.

Quels sont les inconvénients des panneaux solaires thermiques ?

Quelques limites à mentionner :

  • Le rendement de l’installation dépend en grande partie du niveau d’ensoleillement. C’est donc surtout en été qu’elle se montre le plus efficace.
  • La zone géographique a de ce fait également une forte influence sur ses performances. Les départements du sud bénéficient d’un ensoleillement plus fort que ceux du nord, par exemple.
  • Le coût total des travaux peut être élevé, néanmoins il existe de nombreuses aides à la rénovation énergétique permettant d’amortir le prix des panneaux solaires thermiques.

Quelles sont les aides financières pour les capteurs thermiques ?

Face au prix des panneaux solaires thermiques, l’Etat a mis en place des aides et dispositifs permettant de faciliter leur installation :

  • Prime énergie : la subvention versée par les « obligés » du dispositif des CEE (certificats d’économies d’énergie). Il est possible de bénéficier d’une prime CEE par opération de rénovation énergétique réalisée.
  • MaPrimeRénov’ : une prime versée par l’Anah (agence nationale de l’habitat) en remplacement de l’ancien CITE (crédit d’impôt transition énergétique) et des aides des programmes Habiter Mieux Agilité et Habiter Mieux Sérénité. Les ménages modestes et très modestes peuvent aussi bénéficier désormais de MaPrimeRénov’ Sérénité.
  • Eco-PTZ (éco-prêt à taux zéro) : un emprunt dont les intérêts sont pris en charge par l’Etat. Vous pouvez emprunter jusqu’à 50 000 euros selon le nombre d’actions de rénovation réalisées, remboursables sur une période allant jusqu’à 20 ans.
  • Aides locales : certaines collectivités territoriales proposent des aides supplémentaires à leurs administrés souhaitant rénover leurs bâtiments.
  • TVA 5,5% : la taxe sur la valeur ajoutée à taux réduit s’applique sur les panneaux thermiques.

Articles similaires

Découvrez aussi

Newsletter

Transition écologique, rénovation énergétique, marché de l'énergie... On vous tient informé de l'actu clé (sans vous spammer, promis, pas plus d'un e-mail par mois ! ).