Lire la suite
Accueil > Actualités > France Relance : bilan mitigé pour la rénovation énergétique

France Relance : bilan mitigé pour la rénovation énergétique

02 Déc 21 Environnement

Fin octobre, le comité d’évaluation du plan de relance a rendu sa première évaluation de France Relance. Malgré des données encore incomplètes, le constat a été fait qu’il reste du chemin à parcourir en matière de rénovation énergétique.

France Relance, c’est quoi ?

Le plan France Relance vise à dynamiser l’activité française à horizon 2030 en réponse à la crise économique découlant de la pandémie de Covid-19. A cette fin, 100 milliards d’euros à engager d’ici fin 2022 lui ont été attribués.

Volets et objectifs de France Relance

France Relance est constitué de trois volets « Ecologie », « Compétitivité » et « Cohésion ». Il se veut poursuivre des objectifs de court et moyen terme :

  • Court terme : un retour au niveau d’activité économique d’avant-crise d’ici l’été 2022 et la diminution du chômage à compter de 2021 en comparaison de 2020.
  • Moyen terme : soutien de la compétitivité et préparation de l’adaptation du pays au enjeux futurs tels que la transition digitale et la transition écologique. Dans ce cas particulier de la transition écologique, l’Etat poursuit notamment des objectifs de réduction de la consommation énergétique et des émissions de gaz à effet de serre.

Le volet écologique de France Relance, qui nous intéresse ici, s’est vu attribuer le budget de 30 milliards d’euros.

Quelles sont les aides du plan de relance ?

Parmi les mesures du plan France Relance dédiées à la rénovation énergétique, on peut citer le dispositif MaPrimeRénov’ qui permet à ses bénéficiaires de financer une partie de leurs travaux et qui peut être cumulé avec la prime énergie. Entre janvier et septembre 2021, 464 000 dossiers MaPrimeRénov’ ont d’ailleurs été validés. Mais d’autres mesures ont aussi été mises en place :

  • La rénovation thermique des bâtiments publics
  • Le soutien à la chaleur bas carbone
  • La décarbonation de l’industrie
  • La prime à la conversion des agroéquipements
  • L’aide au verdissement du parc automobile (bonus écologique, prime à la conversion)
  • Le plan de relance hydrogène

Qui peut bénéficier du plan de relance ?

France Relance prévoit des mesures d’aide pour tous les acteurs de la transformation écologique du territoire. Les concernés sont donc les particuliers, les entreprises, les associations, les collectivités territoriales et les administrations publiques.

Plan de relance : des gains énergétiques mitigés

Les objectifs de montants à engager et de nombre d’aides accordées à court terme pour la rénovation énergétique sont en passe d’être atteints ou le sont déjà. Ainsi :

  • Les 464 000 dossiers validés entre janvier et septembre 2021 représentent un montant d’1,4 milliards d’euros.
  • 2,7 milliards d’euros viennent soutenir plus de 4 200 travaux de rénovation énergétique des bâtiments publics de l’Etat à travers tout le territoire.

Le comité d’évaluation du plan de relance évalue les gains énergétiques à :

  • 1,7 TWh par an pour les dossiers MaPrimeRénov’ validés au cours du premier semestre 2021.
  • 0,5 TWh par an et une réduction de 151 000 tonnes équivalent C02 par an pour les projets de rénovation énergétique de bâtiments de l’Etat dont les estimations sont disponibles.

Si les gains énergétiques liés à MaPrimeRénov’ représentent le double des gains estimés en 2020, ils ne représentent que 0,4% de la consommation énergétique des résidences principales en 2019. Par ailleurs, même si le dispositif est ouvert à tous les ménages, la majeure partie des aides MaPrimeRénov’ a été versée à des foyers modestes et très modestes.

Côté bâtiments publics, les émissions de gaz à effet de serre s’élevaient en 2018 à 28 millions de tonnes selon le commissariat général au développement durable (CGDD). Le chemin à parcourir reste donc long si l’on considère les estimations du comité d’évaluation de France Relance.

Par ailleurs, les objectifs de moyen terme n’ont pas été précisés de manière quantitative, rendant difficile d’appréhender concrètement leur faisabilité. Toujours selon le comité d’évaluation du plan de relance, la rénovation énergétique des bâtiments publics et des logements privés est d’ailleurs soumise à un impératif de rapidité. A cet impératif de vitesse vient s’ajouter la phase de structuration dans laquelle se trouve actuellement la filière rénovation.

Ce contexte particulier a notamment pu avoir pour conséquence de soutenir un certain nombre de projets de rénovation dont les économies d’énergie à long terme ne sont pas nécessairement les plus optimales.

Articles similaires

Les derniers éco-gestes

Newsletter

Transition écologique, rénovation énergétique, marché de l'énergie... On vous tient informé de l'actu clé (sans vous spammer, promis, pas plus d'un e-mail par mois ! ).