Lire la suite
Accueil > Vos travaux de rénovation énergétique > Le prix de vos travaux de rénovation > Quel est le prix d’une pompe à chaleur air-eau ?
Prix pompe à chaleur air-eau

Quel est le prix d’une pompe à chaleur air-eau ?

Pour permettre aux particuliers et aux entreprises de financer le prix d’une pompe à chaleur air-eau, l’Etat a mis en place des dispositifs d’aide à la rénovation énergétique.

Quel est le coût annuel d’une pompe à chaleur air-eau ?

La consommation d’une pompe à chaleur (PAC) varie en fonction du modèle installé au sein du bâtiment, ainsi que des variations du prix de l’électricité au kWh. Le coût annuel d’une pompe à chaleur air-eau n’est donc pas le même que celui d’une PAC air-air ou hydrothermique.

A titre d’exemple, on peut se fier à l’estimation de l’Ademe (agence de la transition écologique) concernant la consommation électrique d’une PAC aérothermique au coefficient de performance énergétique (COP) de 4, dont le dimensionnement est de 51 kWh/m²/an. Pour 100 m², la consommation électrique annuelle de ce modèle est donc de 5 100 kWh.

Si l’on prend en compte la grille de tarif réglementé de l’électricité applicable au 1er février 2022, alors son coût d’usage annuel s’élève à environ 887 euros.

Or, avec un chauffage électrique classique, la consommation annuelle d’un chauffage électrique classique, dépendant du niveau d’isolation thermique du bâtiment, peut varier entre 9 000 et 13 500 kWh environ. En admettant une consommation électrique de 10 000 kWh, toujours en se basant sur les mêmes tarifs réglementés, il faudrait donc compter environ un coût d’usage de l’ordre de 1 740 euros.

Soit une économie de 4 900 kWh et de 853 euros rendue possible par l’installation d’une PAC air-eau !

placeholder image

Quelle est la durée de vie d’une pompe à chaleur air-eau ?

On considère généralement que la durée de vie d’une pompe à chaleur air-eau, comme pour les autres modèles de PAC, est d’environ 20 ans. Pour la faire durer le plus longtemps possible, il importe bien sûr de l’entretenir régulièrement et d’apporter un soin tout particulier à des pièces telles que le compresseur, qui sont des points sensibles de l’installation. De cette manière, on s’évite de devoir assumer le prix d’une pompe à chaleur air-eau neuve.

Comment choisir sa PAC air-eau ?

Les modèles du marché se distinguent par certains aspects, et ces différents éléments ont une influence directe sur le prix de la pompe à chaleur air-eau choisie. Voici par exemple quelques points à vérifier avant de réaliser son installation :

  • Le type de PAC air-eau, puisqu’il peut s’agir d’un modèle monobloc ou double bloc
  • La température de sortie de l’eau, car il existe des modèles haute et basse température
  • Le coefficient de performance énergétique : par exemple, une PAC avec un COP de 3 génère l’équivalent de 3 kWh de chaleur pour 1 kWh d’électricité consommée

L’utilisateur doit également réfléchir aux diffuseurs de chaleur qu’il envisage d’utiliser avec son appareil. Le prix d’une pompe à chaleur air-eau ne doit pas se penser indépendamment de celui de ses diffuseurs ! Il est possible d’utiliser un plancher chauffant ou des radiateurs basse température, par exemple.

Quel est le prix réel d’une pompe à chaleur air-eau ?

Le prix d’une pompe à chaleur air-eau réel est d’environ 13 400 euros. Ce montant se décompose par le prix de la pompe à chaleur air-eau elle-même d’une part, et celui de la main d’œuvre nécessaire à son installation d’autre part :

  • Prévoir en moyenne 1 900 euros pour la main d’œuvre
  • Prévoir en moyenne 11 500 euros pour l’appareil de chauffage

Ces chiffres fluctuent notamment en fonction de la puissance et du dimensionnement de l’équipement.

Quelles sont les aides pour une PAC air-eau ?

Vous n’êtes pas contraint de payer la totalité du prix de votre pompe à chaleur air-eau de votre poche. En effet, vous pouvez recevoir différentes aides et primes pour votre pompe à chaleur air-eau permettant de diminuer votre reste à charge :

  • La prime énergie, régulée par le dispositif des CEE (certificats d’économies d’énergie). Les grands distributeurs et fournisseurs d’énergie sont les « obligés » de ce dispositif et vous versent cette prime CEE sous la forme d’un chèque à encaisser, d’un bon d’achat ou encore d’une somme sur une carte de fidélité.
  • Le dispositif MaPrimeRénov’, qui remplace le CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique) et les aides du programme Habiter Mieux Agilité de l’Anah (agence nationale de l’Habitat).
  • Sa déclinaison MaPrimeRénov’ Sérénité, venant en remplacement des subventions du programme Habiter Mieux Sérénité de l’Anah, et qui s’adresse aux ménages modestes et très modestes.
  • L’éco-PTZ (éco-prêt à taux zéro), un emprunt dont les intérêts sont pris en charge par l’Etat et dont le montant maximal de 50 000 euros (selon le nombre d’actions de rénovation énergétique réalisées) peut être remboursé sur une période s’étalant jusqu’à 20 ans.
  • Les aides locales, parfois proposées par votre collectivité territoriale. N’hésitez donc pas à vous renseigner auprès de votre mairie, de votre département ou de votre région pour en apprendre davantage à ce sujet et amortir le prix de votre pompe à chaleur air-eau.

Articles similaires

Découvrez aussi

Newsletter

Transition écologique, rénovation énergétique, marché de l'énergie... On vous tient informé de l'actu clé (sans vous spammer, promis, pas plus d'un e-mail par mois ! ).