Lire la suite
Accueil > Actualités > Revalorisation des plafonds MaPrimeRénov’ au 1er février 2023

Revalorisation des plafonds MaPrimeRénov’ au 1er février 2023

09 Jan 23 Aides et subventions

Le gouvernement a déclaré fin décembre une revalorisation des plafonds MaPrimeRénov’ à partir de février 2023.

Une annonce du ministre de la Transition écologique

Le 22 décembre dernier, le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu a annoncé une augmentation des montants des travaux éligibles à la subvention MaPrimeRénov’. Cette revalorisation des plafonds fait écho à l’inflation et à une volonté de favoriser les rénovations globales.

La montée des prix constitue un frein supplémentaire aux travaux de rénovation énergétique. C’est le cas notamment pour ce qui est de la rénovation globale, l’une des solutions les plus efficaces afin de réduire la consommation énergétique. La rénovation globale est aussi l’un des meilleurs moyens pour les passoires énergétiques de sortir de ce statut.

Une autre évolution s’adjoint à cette revalorisation des plafonds MaPrimeRénov’ en ce début d’année 2023, et ce depuis le 1er janvier : les chaudières gaz, y compris les chaudières THPE (très haute performance énergétique), ne sont plus éligibles au dispositif. Cette décision fait écho à une volonté du gouvernement de réduire la dépendance française aux énergies fossiles à l’heure où les prix de l’énergie subissent aussi une envolée.

MaPrimeRénov’, qu’est-ce que c’est ?

MaPrimeRénov’ est la subvention ayant remplacé le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ainsi que les aides des programmes Habiter Mieux Sérénité et Habiter Mieux Agilité de l’Anah (agence nationale de l’habitat).

Elle s’adresse à l’ensemble des propriétaires depuis le 1er juillet 2021 (propriétaires bailleurs et propriétaires occupants). Il n’existe pas de conditions de revenus pour en bénéficier : il n’y a que le montant de l’aide financière qui change en fonction de la situation du foyer. C’est pourquoi il existe quatre catégories de revenus définies par le dispositif :

  • MaPrimeRénov’ Bleu pour les revenus très modestes
  • MaPrimeRénov’ Jaune pour les revenus modestes
  • MaPrimeRénov’ Violet pour les revenus intermédiaires
  • MaPrimeRénov’ Rose pour les revenus supérieurs

Le montant de l’aide varie également selon que l’on se situe en Île-de-France ou en ailleurs dans l’Hexagone. Pour en bénéficier, la construction du logement concerné doit s’être achevée depuis au moins 15 ans et doit être la résidence principale du foyer.

A noter qu’il existe également une aide supplémentaire, MaPrimeRénov’ Sérénité, qui concerne les ménages modestes et très modestes. Ces derniers doivent pour cela réaliser des travaux de rénovation permettant à leur logement de sortir du statut de passoire énergétique.

Quels sont les travaux de rénovation énergétique concernés ?

Les travaux de rénovation énergétique concernés par MaPrimeRénov’ sont ceux définis par les fiches d’opérations standardisées du dispositif des CEE (certificats d’économies d’énergie). À titre d’exemple :

  • Les ouvrages d’isolation thermique : pour isoler la toiture et les combles, les murs, les planchers bas, ou encore pour remplacer les parois vitrées en simple vitrage par du double vitrage. L’isolation permet de limiter les déperditions thermiques et de faire d’importantes économies d’énergie.
  • L’installation d’un système de chauffage aux énergies renouvelables et écologiques : les pompes à chaleur (aérothermiques, hydrothermiques, géothermiques), les chaudières biomasse, les poêles à granulés ou les poêles à bûches…
  • L’installation d’un système de production d’eau chaude sanitaire aux énergies renouvelables : chauffe-eau solaire, chauffe-eau thermodynamique… Ces équipements performants réduisent la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre.
  • La mise en place d’un système de ventilation performant : VMC double flux (ventilation mécanique contrôlée).

Grâce à la revalorisation des montants de travaux pour MaPrimeRénov’, davantage d’opérations pourront être financées par le dispositif en 2023. Par ailleurs, cette subvention se cumule avec d’autres aides à la rénovation énergétique, à l’image de la prime énergie accordée par les enseignes de grande distribution et les fournisseurs d’énergie.

Articles similaires

Les derniers éco-gestes

Newsletter

Transition écologique, rénovation énergétique, marché de l'énergie... On vous tient informé de l'actu clé (sans vous spammer, promis, pas plus d'un e-mail par mois ! ) Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur le lien de désabonnement contenu dans les emails. Pour en savoir plus sur vos droits, consultez notre notre politique de confidentialité .