Lire la suite
Accueil > Actualités > Rénovation globale : comment les copropriétaires la considèrent-ils ?

Rénovation globale : comment les copropriétaires la considèrent-ils ?

17 Nov 22 Rénovation énergétique

Un sondage IFOP pour le programme Rénovons collectif révèle que l’intérêt des copropriétaires pour la rénovation globale est encore faible.

Une étude IFOP pour le programme Rénovons collectif

Ile-de-France Energies, pour son programme Rénovons Collectif, a fait appel à l’IFOP pour effectuer une étude auprès des copropriétaires entre le 21 et le 23 septembre 2022. L’objectif de ce sondage était de comprendre le comportement des copropriétaires par rapport aux travaux de rénovation énergétique.

L’échantillon étudié se compose de 1 001 copropriétaires à l’échelle nationale et se veut représentatif. Parmi les sondés, on peut dénombrer 250 bailleurs et 879 copropriétaires occupants en résidence principale.

Quels chiffres ressortent de ce sondage sur la rénovation globale auprès des copropriétés ?

Les principaux chiffres se dégageant de ce sondage sont les suivants :

  • La rénovation globale est un scénario encore assez peu considéré par les copropriétaires, puisqu’à peine plus d’1 copropriétaire sur 10 s’y projette.
  • Seuls 20% des copropriétaires ont déjà effectué ou vont mettre en œuvre une rénovation globale, dont 13% dans les deux prochaines années.
  • Les syndics ne se mêlent encore que très peu de la rénovation globale : seul un tiers des copropriétaires y ont pour l’heure été sensibilisés.
  • 1 copropriétaire bailleur sur 2 ne souhaite pas réaliser la moindre action de rénovation énergétique au sein du logement qu’il met en location.
  • 1 copropriétaire sur 2, qu’il soit bailleur ou occupant, estime que des dispositifs de financement et d’accompagnement simplifiés l’aideraient à envisager la rénovation globale.

Le frein principal à la rénovation performante est son coût. Les démarches difficiles et complexes associées à ce type d’opérations viennent également s’ajouter aux raisons qui freinent les copropriétaires. C’est pourquoi les rénovations partielles ou les petits gestes uniques de rénovation sont souvent préférés à des bouquets de travaux, jugés plus complexes et plus coûteux.

Côté bailleur, les motivations principales à la rénovation performante seraient la menace de perdre le droit à la location (entrant en vigueur en 2023) des passoires énergétiques, ainsi que la diminution de valeur de leur bien immobilier. Côté occupant, c’est bien la conséquence des fluctuations du prix de l’énergie sur le pouvoir d’achat qui motiverait à la rénovation globale. Et ce, d’autant plus à l’approche d’un hiver potentiellement difficile.

La rénovation globale, c’est quoi ?

L’objectif de la rénovation globale, aussi appelée rénovation performante, est de mettre en œuvre un bouquet de travaux de rénovation énergétique visant à améliorer le statut énergétique du logement. Dans le cas d’une passoire thermique, l’idée est de faire sortir le bâtiment des étiquettes énergétiques F ou G.

Pour cela, un audit énergétique est nécessaire afin d’identifier les travaux les plus efficaces à mettre en œuvre. Cet audit permet au professionnel qui le réalisé d’identifier l’état de santé de l’habitation et de concevoir des scénarios impliquant différents bouquets de travaux. Ces travaux se répartissent à travers les catégories suivantes :

En copropriété, le montant d’un audit énergétique peut coûter plusieurs milliers d’euros, parfois même jusqu’à 10 000 euros. En effet, l’étude à réaliser est plus longue et doit prendre compte davantage de paramètres que dans le cas d’une maison individuelle.

Des aides pour la copropriété ?

MaPrimeRénov’ Copropriétés permet aux copropriétaires de financer leur audit énergétique ainsi que leur projet de rénovation globale. Les syndicats de copropriétaires sont éligibles à MaPrimeRénov’ Copropriété depuis le 1er janvier 2021.

Cette aide financière concerne les immeubles construits depuis au moins 15 ans, et composés d’au moins 75% de résidences principales. Pour pouvoir en bénéficier, la copropriété doit préalablement avoir été immatriculée par le syndic sur le registre national d’immatriculation.

Articles similaires

Les derniers éco-gestes

Newsletter

Transition écologique, rénovation énergétique, marché de l'énergie... On vous tient informé de l'actu clé (sans vous spammer, promis, pas plus d'un e-mail par mois ! ).