Lire la suite
Accueil > Actualités > Rénovation énergétique des logements : le point sur les travaux et les aides entre 2016 et 2019

Rénovation énergétique des logements : le point sur les travaux et les aides entre 2016 et 2019

04 Jan 22 Rénovation énergétique

L’observatoire national de la rénovation énergétique (ONRE) a publié l’année dernière un rapport détaillé concernant la rénovation énergétique des logements en France entre 2016 et 2019.

Comment s’est construit ce rapport de l’ONRE ?

Il s’agit de la première publication de l’ONRE sur la question de la rénovation énergétique des logements. Il se construit sur la base de deux sources distinctes :

  • Les données concernant les trois principales aides à la rénovation énergétique entre 2016 et 2019 : le CITE (crédit d’impôt transition énergétique), le dispositif et les primes CEE, ainsi que les aides de l’Anah (agence nationale de l’habitat).
  • L’étude sur les travaux de rénovation énergétique dans les maisons individuelles (Tremi) 2020 pour les travaux effectués sur la période 2017-2019.

L’intégralité du rapport, constituant le bilan le plus détaillé à ce jour sur le sujet, peut être retrouvée sur parmi les études statistiques du ministère de la transition écologique. A noter cependant que ces chiffres ne peuvent pas complètement être considérés comme exhaustifs, car ils n’incluent ni les rénovations en habitat collectif ni les habitations n’ayant bénéficié d’aucune aide financière en ce sens.

Quel a été l’impact des aides à la rénovation énergétique entre 2016 et 2019 ?

Les trois principales aides à la rénovation énergétique des logements se distinguent par un champ de bénéficiaires aux ressources variées, majoritairement propriétaires occupants de maisons individuelles :

  • Les aides de l’Anah concernent les ménages modestes
  • Le CITE aura bénéficié principalement aux ménages aisés
  • Les primes CEE s’adressent généralement à des profils plus équilibrés

En 2019, près de 2 millions d’habitations ont bénéficié en France de l’une de ces trois aides financières. Les économies d’énergie associées aux opérations dites « aidées » sont passées de 4,8 Twh/an en 2016 à 7,2 TWh/an en 2019. Côté efficacité énergétique, une hausse de 25% est estimée sur la période.

Les principaux travaux aidés générant le plus de gains énergétiques sont d’une part le remplacement de systèmes de chauffage et d’eau chaude sanitaire (60% des gains aidés en 2019) et d’autre part l’isolation des murs, des toits ou des planchers (36%).

Géographiquement, ces gains énergétiques associés à des rénovations aidées se concentrent principalement au Nord et dans l’Est de l’Hexagone.

Les chiffres l’enquête sur la rénovation énergétique des logements individuels

L’enquête Tremi a été conjointement menée par l’Ademe (agence de la transition écologique) et le SDES (service des données et études statistiques). Parmi les chiffres à retenir :

  • Environ 6,4 millions de ménages métropolitains ont effectué au moins une action visant à l’amélioration de la performance énergétique de leur logement entre 2017 et 2019. Cela concerne une large palette d’opérations, allant de travaux individuels à des projets de rénovation globale.
  • En France métropolitaine, près de 3,1 millions de maisons individuelles ont fait l’objet de rénovations pouvant réduire la consommation d’énergie en 2019. Toutefois, l’étude estime que 2,3 millions ont réellement abouti à des gains énergétiques. Cela signifie qu’une partie importante des opérations mises en œuvre ne prend pas suffisamment en compte l’amélioration des performances thermiques.
  • Les travaux réalisés en 2019 par les foyers en maison individuelle ont permis de réaliser des économies de l’ordre de 8,1 TWh/an. Cela représente environ 2,5% de la consommation finale de la totalité du parc d’habitations individuelles.
  • La rénovation énergétique des logements à l’origine de ces gains concerne majoritairement des habitations individuelles. Les systèmes de chauffage ou d’eau chaude sanitaire (49% des rénovations) et l’isolation thermique des parois opaques (38%) sont là encore les principales familles des travaux mis en œuvre.

Selon le rapport, les motivations premières des ménages français à rénover sont l’amélioration du confort thermique et la réduction des factures énergétiques.

Articles similaires

Les derniers éco-gestes

Newsletter

Transition écologique, rénovation énergétique, marché de l'énergie... On vous tient informé de l'actu clé (sans vous spammer, promis, pas plus d'un e-mail par mois ! ).