Lire la suite
Accueil > Actualités > Quel type d’appareil de chauffage choisir à l’approche du froid ?

Quel type d’appareil de chauffage choisir à l’approche du froid ?

13 Sep 22 Rénovation énergétique

Les beaux jours touchent à leur fin, bientôt remplacés par l’automne et la chute des températures. Dans ce contexte, comment choisir le bon système de chauffage afin de faire des économies d’énergie ?

Quel chauffage choisir ?

Il existe de nombreux systèmes de chauffage performant et/ou fonctionnant aux énergies renouvelables. Ces appareils vous offrent un rendement élevé et vous permettent de réduire le montant de vos factures énergétiques :

  • La chaudière à condensation THPE (très haute performance énergétique) : la particularité de cet appareil est de récupérer les calories issues des vapeurs et fumées de combustion. Cela lui permet d’augmenter considérablement son rendement énergétique.
  • Les pompes à chaleur (PAC) : il en existe plusieurs modèles. On peut citer la pompe à chaleur air-air, la pompe à chaleur air-eau dans la famille des PAC aérothermiques, ou bien la pompe à chaleur eau-eau du côté des PAC géothermiques. Ces appareils captent les calories présentes dans l’air, l’eau ou le sol afin de les restituer à l’intérieur du bâtiment. Et ce, en consommant nettement moins d’électricité que d’autres appareils de chauffage.
  • La chaudière biomasse : qu’il s’agisse d’une chaudière à granulés ou d’une chaudière à bûches, cet équipement consomme une énergie écologique et dont le coût est inférieur à d’autres ressources énergétiques du marché (le gaz et l’électricité notamment).

Il existe également des appareils individuels de chauffage tels que les poêles à bois (à bûches ou à granulés) qui offrent d’excellentes performances. Ils constituent ainsi des chauffages d’appoint intéressants.

A quelles aides financières ces appareils sont-ils éligibles ?

Les deux principales aides financières auxquelles ces appareils sont éligibles sont la prime énergie et le dispositif MaPrimeRénov’.

La prime énergie relève du dispositif des CEE (certificats d’économies d’énergie). Elle est versée par les grands distributeurs et les fournisseurs d’énergie qui poursuivent des objectifs de réduction de la consommation énergétique sur l’ensemble du territoire. Ces enseignes et ces énergéticiens incitent donc, en ce sens, les consommateurs finaux à rénover leurs bâtiments. Ces consommateurs finaux peuvent être des particuliers comme des entreprises.

Cette prime CEE est cumulable avec MaPrimeRénov’, une subvention gouvernementale qui remplace l’ancien crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et les aides proposées par l’Anah (programme Habiter Mieux). Les ménages modestes ont en plus la possibilité de recevoir MaPrimeRénov’ Sérénité. MaPrimeRénov’ s’adresse à tous les propriétaires sans conditions de revenus, dont seul relève le montant de la subvention.

D’autres aides peuvent venir s’ajouter à celles-ci, telles que l’éco-PTZ (éco-prêt à taux zéro) ou certaines aides locales.

Par quels travaux compléter l’installation de votre chauffage ?

Outre l’installation d’un appareil de chauffage, vous pouvez encore améliorer la performance énergétique de votre bâtiment en mettant en œuvre des travaux d’isolation thermique par exemple. L’isolation des murs, de la toiture, des planchers bas et la mise en place de double vitrage sur les parois vitrées contribuent à réduire les déperditions de chaleur.

Or, mieux la chaleur se conserve à l’intérieur, moins il est nécessaire de solliciter son système de chauffage. Il s’agit donc d’une importante opportunité de gains énergétiques. C’est aussi l’assurance d’un confort thermique tout au long de l’année : même en été, les températures restent agréables à l’intérieur.

A noter qu’il existe également des appareils de production d’eau chaude sanitaire performant et fonctionnant aux énergies renouvelables, à l’image du chauffe-eau solaire individuel ou du chauffe-eau thermodynamique. Et pour ce qui est des diffuseurs de chaleur, le marché propose des radiateurs basse températures et planchers chauffants dont le circuit hydraulique n’est pas chauffé au-delà de 50°C. Ce qui permet là encore de réduire la consommation d’énergie !

Articles similaires

Les derniers éco-gestes

Newsletter

Transition écologique, rénovation énergétique, marché de l'énergie... On vous tient informé de l'actu clé (sans vous spammer, promis, pas plus d'un e-mail par mois ! ).