Lire la suite
Accueil > Actualités > Neutralité carbone : quels changements ?

Neutralité carbone : quels changements ?

04 Juin 21 Environnement

Faith Birol, directeur de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a récemment annoncé des propositions inattendues pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. En effet, face à l’urgence du réchauffement climatique, les 195 pays signataires de l’accord de Paris se sont accordés à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Pour y parvenir, les pays s’engagent à éviter les émissions de gaz à effet de serre, tout en trouvant des solutions pour absorber le carbone déjà présent dans l’atmosphère. Mais alors qui y a-t-il de révolutionnaire dans les annonces du directeur de l’AIE ?

L’Agence Internationale de l’Energie, c’est quoi ?

Pour mieux comprendre de quoi il est question, il faut savoir que l’AIE est une organisation internationale, créée en 1974. Historiquement, son rôle était de veiller à l’approvisionnement énergétique des pays membres, et plus particulièrement de s’occuper de la gestion des réserves pétrolières.

Ce n’est que dans un second temps, que l’organisme a commencé à s’engager dans la protection de l’environnement, en développant des réflexions sur les changements climatiques et en se consacrant au développement des énergies renouvelables.

Parmi les pays membres de l’AIE, on peut retrouver au côté de la France : l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni mais aussi les Etats-Unis, le Japon ou encore l’Australie.

 

Que dit le rapport de l’AIE ?

L’AIE a publiée un rapport intitulé Net Zero by 2050 : a Roadmap for the Global Energy Sector, dans lequel, une modélisation de l’année 2050 a été réalisée, selon les objectifs de l’AIE en matière d’énergie.

Ce rapport inédit revient donc en détail sur la manière de réussir pour trouver un équilibre entre produire et distribuer une énergie zéro carbone tout en développant une économie dynamique et rentable. Plusieurs scénarios sont évoqués pour atteindre la décarbonatation des énergies, en fonction :

  • Des secteurs,
  • Des acteurs concernés,
  • Et des moments où ces scénarios devront être réalisés.

« Notre feuille de route indique les actions prioritaires à mener dès aujourd'hui pour que l'objectif de zéro émission nette d'ici à 2050, certes limité mais réalisable, ne soit pas perdu. »

Fatih Birol

Parmi les déclarations de Faith Birol, dans ce rapport, on peut retenir sa volonté de mettre fin aux investissements concernant les nouveaux projets d’approvisionnement en pétrole, en gaz et en charbon, qui devrait selon lui, ne plus être financés par les investisseurs. Si Faith Birol souhaite favoriser l’accélération du secteur des énergies propres, c’est parce que selon lui, les gouvernements ne sont pas suffisamment ambitieux. En effet, il estime que les mesures prises par les gouvernements dans le domaine du climat sont bien en dessous des objectifs nécessaires à mettre en place pour  arriver à la neutralité carbone en 2050.

Par ailleurs, l’AIE précise dans son rapport qu’elle souhaite aider les pays membres à mettre en place leur propre feuille de route, en accord avec les niveaux de développement économique de chacun. En publiant ce rapport, l’agence espère ainsi qu’il suscitera des réactions positives et que des actions seront prises, en vue de la COP26 à Glasgow.

Articles similaires

Les derniers éco-gestes

Newsletter

Transition écologique, rénovation énergétique, marché de l'énergie... On vous tient informé de l'actu clé (sans vous spammer, promis, pas plus d'un e-mail par mois ! ).