Lire la suite
Accueil > Agir pour l'environnement > Les éco-gestes > Bien comprendre les étiquettes énergie

Bien comprendre les étiquettes énergie

04 Sep 20 À la maison

Les étiquettes énergie existent depuis plus de 15 ans. Elles ont été mises en place via les directives du paquet énergie climat dont un des objectifs initiaux était de faire baisser de 20% la consommation énergétique de l’Union Européenne d’ici à 2020 (nous étions à -15,1% en 2018). À partir du 1er mars 2021, une nouvelle étiquette énergie, plus lisible et plus détaillée, sera affichée en magasin. Elle concerne les appareils froids ainsi que les appareils de lavage.

Etiquette énergie : choisissez le bon produit

Les étiquettes énergie sont des fiches destinées aux consommateurs européens et qui évaluent les performances énergétiques d’un produit, d’un logement ou bien d’un appareil électroménager, en lui attribuant une note. Cette note va désormais de A (économe en énergie ou efficient) à G (très énergivore). De nouvelles étiquettes énergie vont effectivement faire leur apparition en magasin, à partir du 1er mars 2021, pour les appareils électroménagers de froid, tels que les réfrigérateurs ou les appareils de stockage de vin, mais aussi pour les appareils de lavage, ou encore pour les téléviseurs et les ampoules. À noter, que la nouvelle étiquette énergie pour les ampoules sera affichée à partir du 1er septembre 2021.

Le législateur précise que la directive européenne sur le système d’étiquetage « permet au consommateur d’envisager d’investir dans des appareils plus performants dont les coûts de fonctionnement sont moins élevés et de réaliser ainsi des économies qui font plus que compenser la différence de prix ».

La directive sur l’étiquette énergie a été reconnue comme faisant partie des textes européens obtenant le plus de résultats en matière d’efficacité énergétique (Réseau Action Climat, 2014).

Dans quel domaine peut-on les retrouver? 

  • Logement/ bâtiments tertiaires
  • Automobile
  • Electroménager
  • Réfrigérateurs, congélateurs et appareils combinés
  • Lave-linge, sèche-linge et appareils combiné
  • Lave-vaisselle domestiques
  • Fours domestiques
  • Hottes de cuisine
  • Climatiseurs domestiques
  • Ampoules, LED et luminaires
  • Téléviseurs et écrans

Quels types de produits sont concernés par le changement d’étiquettes ?

  • Réfrigérateurs, congélateurs et appareils de stockage de vin
  • Lave-vaisselle
  • Lave-linge et lave-linge séchant
  • Les téléviseurs et écrans
  • Les ampoules et LED

Comment est attribuée la note d’une étiquette énergie ?

La note de l’étiquette énergie ne dépend pas seulement de la consommation de KWh. C’est une note attribuée selon un indice calculé grâce à divers critères techniques d’un appareil comme par exemple sa consommation par rapport au volume de ses compartiments ou bien sa consommation sur un nombre de cycle définit par rapport aux litres d’eau consommés, etc…

A quoi ressemblent les nouvelles étiquettes énergie ?

Comme la précédente étiquette, elle se compose d’une première partie avec le nom du fabricant ainsi que la référence du produit. À cela vient s’ajouter la présence d’un QR code, il suffit donc de scanner le QR code pour pouvoir obtenir des informations supplémentaires (à caractère non-commercial) fournies par le fabricant.

Dans une deuxième partie, on retrouve le système de note avec les lettres indiquant la classe énergétique du produit. Cette nouvelle étiquette énergie revient à un système d’évaluation avec des notes allant de A à G. Les anciennes notes, A+, A++, A+++, ne seront donc plus affichées ainsi et peuvent être considérées comme des équivalents de la catégorie B ou des catégories inférieures sur la nouvelle étiquette. De fait, les catégories A et B de la nouvelle étiquette ne correspondent actuellement à aucun produit. En effet, le but est de stimuler les progrès technologiques chez les fabricants pour qu’ils développent des produits encore plus économes en énergie.

La troisième partie indique la consommation d’énergie annuelle, c’est-à-dire, le nombre de kWh consommés dans des conditions d’essai normalisées.  Enfin, le dernier encart indique grâce à de nouveaux pictogrammes plus lisibles les spécificités du produit, comme par exemple, la consommation d’eau ou encore le niveau sonore.

étiquette

À quoi sert cette nouvelle étiquette énergie ?

Le principal intérêt de cette nouvelle étiquette énergie est de faciliter sa lecture et d’apporter des précisions sur les caractéristiques du produit permettant ainsi d’aider le consommateur dans ses choix. Les catégories A et B, qui comme mentionnées ci-dessus, sont réservées à des produits qui n’existent pas encore sur le marché mais qui prendront en compte des critères supplémentaires concernant l’éco-conception, la réparabilité ou encore la recyclabilité des appareils. Enfin, elle permet aussi d’effectuer des économies d’énergie d’environ 150€ par an selon la Commission européenne.

Les étiquettes énergie sous d’autres formes

Les DPE
L’objectif du DPE, intervenant dans le cadre de la directive européenne 2002/91, est dans un premier temps d’informer le futur propriétaire sur la consommation énergétique du logement et le cout moyen de celui-ci. Cette information est possible grâce à une méthode de calcul établie par le gouvernement à travers le relevé des consommations sur 3 ans. Dans un deuxième temps le DPE aboutira à l’établissement de deux étiquettes « climat » et « énergie » indiquant respectivement les consommations en kWh/m2/an ainsi que la quantité de CO2 dégagé par kg/m2/an donnant lieu à une note générale comprise entre A et G.

Un DPE doit permettre de donner suffisamment de clés ou de conseils aux propriétaires ou locataires quant à la gestion de l’énergie chez lui. Les DPE sont aujourd’hui obligatoires et doivent être réalisé par le vendeur ou le loueur avant tout mise à disposition d’un tiers. Le prix moyen d’un DPE est de 150 €.

Le gouvernement a pour objectif de réguler les conditions de locations des logements très énergivores qui correspondent à la classe G sur le futur DPE.

L’application de ce dispositif se déroulera en plusieurs temps :

  • À partir de 2023, le gouvernement souhaite interdire la location des « passoires thermiques », c’est-à-dire, les logements appartenant à la classe G sur le DPE.
  • En 2025, les critères d’interdiction à la location de ces logements seront renforcés.
  • Il en va de même pour 2028, où des seuils encore plus stricts seront mis en place, en effet, les logements de la classe F sur le futur DPE.

 

Pour en savoir plus sur les travaux de rénovation énergétique.

DPE

Les derniers éco-gestes

Newsletter

Transition écologique, rénovation énergétique, marché de l'énergie... On vous tient informé de l'actu clé (sans vous spammer, promis, pas plus d'un e-mail par mois ! ).