Lire la suite
Accueil > Agir pour l'environnement > Les éco-gestes > Ayez les bons réflexes : la consommation de l'eau

Ayez les bons réflexes : la consommation de l’eau

03 Sep 20 À la maison

L’eau est utilisée pour des usages très divers (cuisiner, laver, boire…). Découvrez les diverses utilisations de l’eau et leur coût.
Apprenez à réduire votre consommation en vous engageant dans les éco-gestes

Le cycle de l’eau de consommation

L’eau destinée à la consommation humaine est originellement de « l’eau brute ». Puisée dans les cours d’eaux ou nappes souterraines (environ 70%), l’eau brute n’est pas naturellement adaptée à notre consommation. Elle est donc dirigée vers une usine de production d’eau potable où elle subit des traitements physiques, chimiques et biologiques. Répondant ainsi aux exigences de qualité définies par la réglementation, l’eau est distribuée aux consommateurs. Son utilisation entraîne une certaine dégradation au niveau de sa qualité. C’est pourquoi elle est acheminée vers les usines de dépollution des eaux usées, avant de réintégrer le milieu naturel. Ce cycle confère à l’eau du robinet une qualité certifiée, à un certain coût.

Une restriction d’eau pour vous, particuliers, ne vous demandent pas d’en arrêter la consommation, mais se traduit par une limitation ou interdiction formelle d’arroser votre jardin, de nettoyer votre voiture ou de remettre à niveau votre piscine sur certaines plages horaires. Les puits et forages sont bien entendu concernés par ces arrêtés préfectoraux. Mais c’est aussi et surtout une amende de 1 500 € en cas de fraude et 3 000 € si récidive.

process_eau_de_consommation_3

Le Contexte – Les arrêtés de limitation des usages de l’eau

Depuis maintenant 10 ans, les arrêtés préfectoraux qui concernent la limitation des usages de l’eau se multiplient. Pour rappel en 2003, année de la canicule, il y a eu 74 arrêtés. En 2005, année de la sécheresse, il y a eu 66 arrêtés et en 2006, année de canicule et sécheresse, 64. On observe ainsi une multiplication des arrêtés préfectoraux qui limitent les usages de l’eau. On en recense en moyenne 70 chaque année et les zones touchées sont régulièrement les mêmes.

Qui distribue l’eau ?

Ce sont les communes qui sont responsables d’acheminer l’eau potable jusqu’à leurs habitants. Elles entretiennent le réseau d’alimentation et garantissent la bonne qualité de l’eau mise à disposition.

Consommation générale pour un particulier

La législation française différencie les deux usages suivants :

Usages externes à l’habitat
Usages internes à l’habitat
Aussi, nous nous en tiendrons à ces définitions. Voici la répartition de nos consommations quotidiennes :

schéma-conso-générale

Force est de constater que tous ces usages ne requièrent pas obligatoirement de l’eau d’une telle qualité. Alors pourquoi continuer ainsi ?

EG_CONS_EAU_TABLEAU

Le coût de l’eau en France

L’eau mise à notre disposition a un coût. En effet, il faut la prélever, la traiter, la distribuer, la stocker, l’évacuer et l’assainir. Le prix de l’eau en France se répartit selon quatre grandes composantes :

43% pour la distribution de l’eau
31% pour la collecte et l’assainissement (dépollution) des eaux usées
20,5% pour les agences de l’eau et autres taxes *
5,5% pour la TVA

* Ces redevances recouvrent : les redevances pollution et prélèvement des Agences de l’eau (19 %), la redevance versée au « Fonds national des adductions d’eau » (1 %), qui assure une péréquation nationale au profit des zones rurales, et la redevance versée aux « Voies navigables de France » (0,5 %), lorsque l’eau est prélevée dans les cours d’eau navigables.

Le prix de l’eau

Le prix de l’eau varie considérablement d’une commune à l’autre. Ceci s’explique notamment par des différences notables de la qualité et de la proximité de la ressource en eau, de la vétusté et de la taille des équipements, ou encore de la densité de population. Afin de mieux gérer ces disparités, un Observatoire de l’eau a été créée en 1996. Chaque maire se doit désormais d’informer dans un rapport annuel sur le prix et la qualité des services de l’eau dans sa commune. En 2006, le prix moyen du mètre cube d’eau en France est de 2,95 € (source: INSEE, janvier 2007), avec une augmentation moyenne de +4% l’an. Pour 2012, le prix moyen du mètre cube d’eau en France serait passé à 4,87 €.

Quelle eau pour la boisson ?

En France, l’eau du robinet est potable. Elle a été rendue potable à l’issue de traitements sécurisés. Vous pouvez donc boire de l’eau du robinet quotidiennement, elle est sans risque pour la santé. L’eau de source est une eau souterraine, non traitée, naturellement potable et protégée. Caractéristique principale : elle répond naturellement aux critères de législation des eaux potables. L’eau minérale possède des propriétés thérapeutiques. Chacune de ces eaux a obtenu l’autorisation de mise en bouteille par arrêté préfectoral, aussi leur consommation est sans danger. Néanmoins, si vous tenez absolument à boire des eaux minérales, pensez à varier. Il faut éviter toute surcharge ou carence en minéraux.

homme-qui-boit-120x80

Quelle eau pour la cuisine ?

Osmose inverse

L’osmose inverse permet la purification de l’eau, voire sa potabilisation.

osmose-inverse-428x285

L’eau contient naturellement des solutés (du sel par exemple). Versons deux solutions de concentrations différentes de part et d’autre d’une membrane, qui sert de filtre. L’eau franchit alors naturellement le filtre, dans le but d’équilibrer les deux solutions, en terme de concentration. C’est le phénomène d’osmose. Si l’on exerce une pression sur la solution la plus concentrée (exemple : l’eau salée), on force alors l’eau à franchir le filtre dans un sens. Ceci nous permet d’obtenir un concentrat (avec tous les sels) et une eau potable.
Quelques inconvénients cependant :

  • La membrane filtrante a une durée de vie de trois ans en moyenne
  • La pompe nécessaire à la mise sous pression consomme beaucoup d’électricité
  • Le concentrat obtenu au final, représente environ 25% du débit initial. Etant beaucoup trop salé ou chargé, il ne peut être réutilisé et est perdu.

Les derniers éco-gestes

Newsletter

Transition écologique, rénovation énergétique, marché de l'énergie... On vous tient informé de l'actu clé (sans vous spammer, promis, pas plus d'un e-mail par mois ! ).