Lire la suite
Accueil > Actualités > De nouveaux records de CO2 d’ici 2023

De nouveaux records de CO2 d’ici 2023

23 Juil 21 Environnement

L’agence internationale de l’énergie (AIE) alerte sur des niveaux records des émissions mondiales de CO2, d’ici 2023. En effet, l’agence a analysé plusieurs plans de relance et plusieurs mesures dans plus de cinquante pays. Selon ses calculs, l’AIE estime que les actions et les mesures concernant les énergies propres ne sont pas suffisamment intégrées dans les plans de relance menés par les différents pays, suite à la crise du Covid 19 et notamment le plan de relance européen.

Les inquiétudes de l’agence internationale de l’énergie :

L’AIE, indique que seulement 2% des dépenses prévues dans les plans de relance seront consacrées au développement et à l’investissement dans le secteur des énergies propres. Un chiffre jugé trop faible pour obtenir des améliorations significatives et faire face au réchauffement climatique.

L’OCDE et l’ONU confirment les propos de l’AIE et s’accordent à dire que les budgets consacrés aux énergies renouvelables, dans les plans de relance, sont loin d’être suffisants pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

Autre problème soulevé par l’agence, les pays en voie de développement ou émergents s’éloignent eux aussi des objectifs de décarbonisation en faveur de dépenses liées au secteur de la santé. De plus, bien que les pays industrialisés restent majoritairement responsables du réchauffement climatique, les pays en voie de développement ont tendance à se tourner vers des énergies fossiles, comme le charbon, plutôt que des énergies renouvelables, telles que l’énergie solaire ou éolienne.

Pourquoi parle-t-on toujours du CO2 ?

Pour rappel, ce qu’on appelle : l’effet de serre, est un processus naturel qui permet à la planète d’obtenir une température moyenne de 15°C et d’ainsi permettre la vie sur la Terre. En revanche, ce sont les activités humaines qui viennent renforcer l’effet de serre, en augmentant la quantité des gaz à effet de serre et ainsi créer le réchauffement climatique.

Le CO2, loin d’être le seul gaz émit dans l’environnement est pourtant celui dont on évoque le plus le nom lorsque l’on parle du réchauffement climatique. En effet, d’autres gaz, comme le méthane (CH4) ou encore le protoxyde d’azote (N2O) sont également émis et responsables dans une moindre mesure du réchauffement climatique.

Tout d’abord, on remarque que le CO2 occupe une grande part des émissions de gaz à effet de serre, comparé au méthane ou au protoxyde d’azote.

Enfin, pour mieux comprendre l’impact du CO2 comparé aux autres gaz, de nombreuses institutions s’appuient sur le calcul du PRG (Pouvoir de réchauffement global du gaz) sur 100 ans. Ce calcul permet de déterminer l’équivalent CO2 des émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, d’après le PRG, même si le méthane est 28 fois plus élevé que le CO2, on remarque que le CO2, possède une durée de vie beaucoup plus longue et met près d’un siècle à disparaître dans l’atmosphère, contre une dizaine d’années pour le méthane

D’où la volonté des pays à mettre en place des mesures pour décarboner leur économie en faveur d’un modèle économique s’appuyant sur des énergies renouvelables.

Articles similaires

Les derniers éco-gestes

Newsletter

Transition écologique, rénovation énergétique, marché de l'énergie... On vous tient informé de l'actu clé (sans vous spammer, promis, pas plus d'un e-mail par mois ! ).