Connectez-vous

×
Vous êtes ici : Accueil » J'agis : les Eco-gestes » Achetez bien! » Consommez local
Isolez vos combles pour 1€ !

Consommez local

Consommez local consiste à s’approvisionner en aliments directement chez le producteurs. Depuis quelques années, avec l’essor du bio, de nouvelles initiatives émergent.
 
Pourquoi consommer local 
    • Coût de transport réduit au minimum, manger local coûte moins cher. 
    • Puisque votre fruit ne va pas rester plusieurs jours dans un container ou un camion, il est moins traité et donc plus sain. 
    • Encore une fois, le temps de transport étant réduit, votre légume arrivera dans votre bouche plus savoureux et surtout avec un maximum de vitamines.
    • Toujours et encore, réduction du temps de transport, c’est diminution des gaz à effet de serre.
    • Réapprendre (ou apprendre aux plus jeunes) les rudiments de la nutrition.
    • Soutenir les petits producteurs de votre région et dynamiser  l’économie locale. Vous augmentez leur marge en évitant les intermédiaires.
    • Réapprendre (ou apprendre aux plus jeunes) la saisonnalité des aliments, pourquoi, comment et où ça pousse.
    • Rayonner socialement en proposant un dîner locavore à ses amis.
    • Se remettre à la cuisine, adieu plats industriels !
    • Avoir moins mal à l’estomac grâce à l'absence d'additifs type sulfite etc…
    • Manger moins de cochonneries industrielles et perdre facilement ces trois kilos en trop (mais ne vous inquiétez pas, le gâteau au chocolat locavore-commerce-équitable existe !)


Renoncer au café et au chocolat ?

Réduire ses émissions de Gaz à Effet de Serre en « mangeant local » pour limiter les transports signifie-t-il pour autant de renoncer au chocolat, thé, épices et autres produits exotiques ? Tout en restant responsable, on peut s’accorder quelques exceptions. Il s’agit d’être attentif aux modes de production et aux moyens mis en œuvre pour les faire arriver jusqu’à nous : juste rémunération des producteurs, méthodes de production et conservation naturelles, moindre transformation, transport par bateau, etc. On trouve par exemple du café et du chocolat à la fois bio et issus du commerce équitable. Il existe plus de 2 000 produits labellisés du commerce équitable alliant variété des aliments, santé de la planète et solidarité avec les producteurs des pays du Sud. (Source : Fondation Nicolas Hulot)

Dans une économie globale, le tout locavore n'a pas de sens. Il faut trouver un équilibre grâce à de bonnes décisions. Quelles sont vos priorités ?
 
    • Manger moins salé pour protéger vos artères ?
    • Avoir une attitude éco-responsable face à l’environnement et donner l’exemple aux enfants ?
    • Eviter les allergènes pour les enfants en bas-âge ?
    • Vous êtes attachés à votre région et vous voulez participer à la vie de votre terroir en fréquentant les marchés locaux? 


Le commerce équitable est donc un système parallèle au consommer local. Revenons à notre gâteau au chocolat, vous avez quatre possibilités :
    • Version locavore : remplacer le chocolat de votre gâteau par des fruits. Ca marche très bien mais ça n’a pas le goût de chocolat
    • Version Bio : achetez votre gâteau au chocolat déjà fait à la coopérative
    • Version Commerce équitable : acheter votre chocolat commerce équitable en supermarché
    • Version mix : acheter le chocolat et le sucre commerce équitable et les œufs, la farine et le beurre chez votre producteur local.

Evidemment, la version « mix » est la plus raisonnée. Donnez de l’intérêt aussi au gâteau bio, qui est souvent produit près de chez vous et donc, locavore.
 
De nombreuses initiatives vous aident dans votre démarche

Les AMAPS 
C’est une association pour le maintien d’une agriculture paysanne. Le principe est de créer un lien direct entre paysans et consommateurs, qui s'engagent à acheter la production de celui-ci à un prix équitable et en payant par avance. Les AMAP favorisent l'agriculture paysanne et biologique qui rencontre des difficultés face à l'agro-industrie. Par exemple en vous inscrivant, vous pouvez recevoir chaque semaine un panier de fruits et de légumes produits proche de chez vous. De plus vous redécouvrez  des légumes d’antan (potimarron, radis noir…) que nos grands-parents avaient l’habitude de manger.
 
Aucune AMAP près de chez vous ? Créez-en une ! Le site réseau-AMAP.org vous donne toutes les étapes et tous les conseils utiles à la création d’une telle association : http://www.reseau-amap.org/creer-AMAP.php


Commandez toutes les semaines votre panier
« Panier fraîcheur » de la SNCF et « Campanier » en Ile de France, Réseau Cocagne, « Les Paniers bios de l’ouest » à Nantes… Des dizaines de réseaux de distribution de paniers en circuit court ont vu le jour ces dernières années. Avec des formules différentes, ils proposent une large variété de fruits et légumes de saison, mûrs et cultivés près de chez vous. Le prix au poids est souvent attractif. Il vous suffira de le récupérer dans un point relais (gare, commerçants de quartier, lieu de travail).


Aller à la rencontre des petits producteurs
C’est encore la solution la plus simple ! Allez au marché samedi ou dimanche matin et rencontrez les producteurs du coin qui viennent vendre leurs produits. Vous préférez aller à la ferme ou sur le lieu de production ? http://www.illicomesproduitslocaux.fr est un annuaire avec géolocalisation de petits producteurs.


L’exemple de l’huile de palme

L’huile de palme entre dans la composition de près d’un produit alimentaire sur dix vendus en Europe (biscuit, chocolat, bonbon, crème glacée, sauce, margarine, etc.). 17 m2 de palmiers à huile sont nécessaires pour satisfaire les besoins annuels d’un Français. Mais sa culture est la cause de 90 % de la déforestation en Malaisie. Ainsi à Bornéo, un tiers de la forêt a été détruite en 20 ans entraînant le déclin d’une flore et d’une faune uniques, accueillant en son sein notamment les orangs-outans. Parmi les espèces les plus menacées au monde, ces « hommes de la forêt » ne peuvent survivre sans cet environnement. A des milliers de kilomètres, nos achats déterminent le devenir de ces grands singes. De plus, la culture de ces palmiers s’accompagne de l’épandage sans contrôle de 25 sortes de pesticides qui participent ainsi à la destruction de précieux milieux. (Source : Fondation Nicolas Hulot)

Pour la fête des mères, faites-vous offrir une yaourtière !
 
Un pot de yaourt à la fraise peut parcourir plus de 9 000 km, si on prend en compte le trajet parcouru  par chacune des matières premières (fraises, lait, levure, sucre, pot, couvercle, étiquette…) et celui jusqu’au domicile du consommateur. (Source : Fondation Nicolas Hulot)
 

France 5 a réalisé un documentaire « télé-réalité » sur 5 familles 100% locavores pendant 2 mois. Objectifs : se nourrir avec des produits qui ont parcouru moins de 200 km. Cliquez ici si vous cherchez l’inspiration !
Image: 

Newsletter

Découvrez toute l'actualité d'Economie d'Énergie et participez aux débats.



Connectez-vous

Saisissez votre nom d'utilisateur pour economiedenergie.fr.
Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.

×

Newsletter

Découvrez toute l'actualité d'Economie d'énergie et participez aux débats.