Connectez-vous

×
Vous êtes ici : Accueil » Je rénove » Qualité de l'air » Les autres équipements pour l'habitat
Isolez vos combles pour 1€ !

Les autres équipements pour l'habitat

Des appareillages électriques aux systèmes à fonctionnement naturel, l’amélioration de la qualité de l’air passe également par l’utilisation d’équipements spécifiques. Cependant attention ; la plupart de ces appareillages ont un fonctionnement électrique...donc énergétivore.
L'épuration de votre air intérieur à l'aide de systèmes tels que les épurateurs d'air ou les ionisateurs est possible. 

 
La climatisation
Il est possible de rechercher une forme de confort par l’utilisation d’un appareil de climatisation. Toutefois on retiendra que ce type d’équipement n’apporte aucune amélioration de l’air intérieur. En effet, dans sa version la plus couramment mise en œuvre dans l’habitat, il se contente de brasser l’air ambiant en le refroidissant et en créant un phénomène de condensation, c’est-à-dire en le desséchant. Une consommation électrique supplémentaire est à prévoir, un entretien régulier également (filtre, compresseur).

Les humidificateurs d'air 
Il s’agit encore d’assurer un confort plus hygrométrique et thermique de l’air que de sa réelle qualité. En règle générale les humidificateurs d’air sont constitués d’un réservoir d’eau et d’un dispositif de diffusion allant du simple ventilateur à l’émetteur de vibrations ultrasonores de micro particules d’eau. Ainsi, l’humidité apportée amène un léger rafraîchissement en été et permet de compenser une trop grande sécheresse en toute saison. Ces appareils se branchent sur le courant. 


L'ASTUCE : Une autre catégorie d’humidificateur existe depuis très longtemps, ne consommant pas d’électricité, sans grand entretien et en fonction d’un choix attentif (par rapport aux allergènes potentiels évoqués précédemment) peuvent donner toute satisfaction : les plantes en pot !
 


Les purificateurs ou épurateurs d'air
Un épurateur d’air type ressemble au premier coup d’œil à un climatiseur monobloc mais sa fonction est de filtrer l’air ambiant intérieur sans aucune production de froid. Dans ce but, plusieurs technologies sont utilisées depuis le simple filtre, la filtration mécanique améliorée ou électronique, la photo-catalyse, la génération d’ions négatifs, l’absorption physique ou chimique, le plasma froid… 
Bref cet équipement ne permet pas encore de piéger toute la famille des polluants rencontrés dans l’habitat et est surtout utilisé contre le tabagisme. 
Actuellement, des normes sont en cours d’élaboration en vue d’établir des labels et des règles d’usage afin d’aider le consommateur dans son choix de matériels. En attendant nous pouvons nous rappeler encore de l’existence d’un épurateur naturel : Les plantes en pot.


Le puit canadien
Cette installation, appelée aussi  « puits provençal », commence à se banaliser. Elle consiste à utiliser l’inertie thermique d’un sous-sol à faible profondeur (1,20 m à 2,00 m). Une canalisation d’une trentaine de mètres linéaires est enfouie en respectant une légère pente. Une de ses extrémités doit être à l’extérieur et sert de prise d’air neuf, l’autre débouche dans la ou les pièces principales de l’habitat comme le salon ou une chambre. 
 
Ce dispositif doit être associé à une ventilation mécanique des pièces ou intégrer un ventilateur afin d’assurer la circulation lente de l’air. Ainsi, on peut escompter sur une arrivée d’air à 15/16 °C en hiver et l’été à 22/25 °C selon la conception. 
Cet ouvrage dont la majeure partie est placée à l’extérieur dans sa mise en œuvre commence à apparaître en milieu urbain dans le cas de réhabilitation importante lorsqu’un terrassement ou une intervention est prévu au niveau des fondations.
 
Il peut être associé à des dispositifs performants de ventilation (V.M.C. double flux ou Pompe à Chaleur lien vers pages co) mais permet en particulier un apport d’air assaini de l’extérieur quand la prise d’air comporte un filtre facilement remplaçable notamment pendant les périodes de pollinisation de la nature.
 
ATTENTION : Sa réalisation demande un minimum d’étude et en particulier la nature du matériau utilisé pour la conduite enterrée. Ne pas oublier la présence d’émanation de Radon du sous-sol, donc une étanchéité d’un bout à l’autre est indispensable, et ne retenir qu’une qualité dite « alimentaire » du tuyau employé.


Image: 

Qualité de l'air

Newsletter

Découvrez toute l'actualité d'Economie d'Énergie et participez aux débats.



Connectez-vous

Saisissez votre nom d'utilisateur pour economiedenergie.fr.
Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.

×

Newsletter

Découvrez toute l'actualité d'Economie d'énergie et participez aux débats.